dimanche 8 novembre 2009

Là d'où l'on vient

Au cours de ces 17 dernières années, j'ai du renoncer à beaucoup de choses... ma famille, mes origines, mes racines.

Cela n'intéressait pas, tout cela n'était pas assez bien pour certains... C'est comme ça que je n'ai pu revenir aussi souvent que je le voulais auprès de ceux qui étaient importants dans ma vie, certains sont partis et je n'ai même pas pu leur dire au revoir... mes enfants n'ont pratiquement pas connus les lieux où j'ai grandi... je n'ai pas pu partager cela avec eux car... car ma famille n'était pas assez bien pour certains !

Ces "certains" feraient mieux de regarder leur famille parce qu'elle est pire que la mienne... faux semblant, hypocrisie, méchanceté.

Oui, j'éprouve beaucoup de rancune et j'ai beaucoup de colère contre "ces gens", je n'accorderais jamais mon pardon. Parce qu'ils ont nié ce que j'étais, vu qu'ils refusaient là d'où je venais.

Quand je pense que j'étais seule pour dire au revoir à mon arrière grand mère, qu'elle n'a même pas connu ma fille. Ben non, fait pas beau là haut, fait froid, c'est paumé, c'est moche... puis ma famille c'est qu'une famille de paysans.... pas assez bien pour certains.

Quand je pense que j'étais seule pour pour dire au revoir à ma maman de coeur... pendant tous ces mois. Seule car rien à foutre on va pas y aller, c'est trop loin, laissons la crever...

Je suis fière d'être issue de la famille dont je viens ! J'ai grandi entourée de femmes courageuses qui n'ont pas eu la chance de pouvoir "faire attention" à elles, elles ont trimé durement sur les chaînes d'usine, elles ont passé leur vie à s'occuper des leurs... elles n'auraient pas du partir si vite et comme ça, elles ne le méritaient pas !

Alors maintenant que je reprends ma vie en main, je m'aperçois de ce qu'on m'a volé, pris, de ce dont on m'a privé depuis tant et tant d'années. Ce dont on n'a privé mes enfants par pur égoïsme ! Parce que MA famille n'était pas assez bien pour ces "personnes". Alors la distance les a aidé... et je me suis laissée faire. Et j'ai de la colère, oui, de la colère, contre eux et contre moi aussi !

Avec ce qui me reste, si peu finalement, j'essaie de "reconstituer" mes racines. Le puzzle se reforme peu à peu, mais il me reste tant de choses à faire. Il y a une chanson de Wallen (pas que j'aime particulièrement cette chanteuse mais sa chanson veut dire beaucoup de chose pour moi.) "Si je sais d'où tu viens, je sais où je vais". C'est exactement ça.

Alors peut être que c'est la période qui veut ça et que pour bien recommencer, j'ai besoin de poser cette colère que je couve depuis tant d'années finalement.

Ce soir, je m'adresse à une seule personne : tu peux te faire passer pour la victime que tu n'es pas, tu peux me faire passer pour la pire garce de la Terre si ça peut flatter ton ego démesuré mais je t'en veux, je t'en veux profondément. Tu n'as jamais été à la hauteur, tu n'a jamais pensé qu'à toi tout au long de ces années sous des airs de soit disant sacrifices. Sacrifices que JE faisais pour que tu puisses avancer toi.

Et ce que j'observe encore aujourd'hui ne fait que le confirmer.

Je ne sais même plus à quel moment mes sentiments pour toi se sont envolés mais ce jour là, j'ai ouvert la porte de la cage dans laquelle tu voulais m'enfermer. Et j'ai compris...

J'ai renoncé à ma famille, à mes rêves, à mes espoirs... mais c'est fini. Tu peux m'insulter, me rabaisser et tout ce que tu veux, moi, je sais ce qui se passait quand la porte était bien fermée. Que personne ne pouvait voir ou entendre, que tes apparences étaient sauvegardées... Humiliation, violence, mépris et insultes... je n'oublierai pas, jamais et je ne pardonnerai pas.

Alors fais de la diffamation, si tu veux, fais ton caliméro... je m'en fiche !
Cela fait longtemps que cela ne me touche même plus...

Et maintenant, je sais une chose : je suis enfin heureuse ! Aussi simple soit elle, j'ai enfin la vie que je souhaitais. Je suis enfin heureuse et sereine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire