Réconciliée... avec moi !

by - novembre 01, 2009

Drôle de titre... mais qu'est ce qu'elle a bien pu inventer encore ?

Pas de panique, je m'explique !

Eh bien je parcours nombre de blogs, copines, parfaites inconnues, modeuses d'exception et sur plein d'autres sujets.

J'en ai tenu moi-même jusqu'à trois !
Mais bon, j'ai fait du ménage, je n'ai plus que ma cabane et notre blog familial que nous tenons à 4 mains. Eh oui, j'ai un chéri qui partage même ça avec moi... on partage tout ! (ne cherchez pas, celui là est verrouillé... et seul quelques privilégies ont l'accès. Cela nous permet de rester en contact avec nos familles et nos amis lointains. J'ai donc ma cabane, mon chéri a son blog de blagues et bêtises diverses et variées... mais nous n'en dévoilons pas plus. Pudeur de l'âme, besoin de protéger notre vie de famille de personnes malsaines.)

Bref, l'univers bloguesque est un univers où j'aime me promener. Et... évidemment les TDJ fleurissent un peu partout. J'en ai fait beaucoup sur un autre blog, à une autre époque. Je comprends cette nécessité pour certaines, peu sûres d'elles, de vouloir se rassurer, j'étais comme elles.
Pour d'autres, la mode est une passion mais on le voit à la qualité de leur blogs, à la recherche perpétuelle de nouvelle tenue (je pense à Bigbeauty, letilor, Vanoue... mais il y en beaucoup d'autre).
Puis il y a celles qui font ça pour faire comme tout le monde... si ça leur plaît tant mieux mais bon, bof, bof le résultat. Elles portent les vêtement de madame Tout le monde, sans originalité particulière...
Et pour finir il y a celles qui font ça par narcissisme. Un besoin compulsif de s'exhiber. De se montrer, peut être pour exister, à ce moment là, c'est plutôt pathétique... ça se voit tout de suite. Euh.... à part un ego démesuré et on se demande pourquoi d'ailleurs, parce qu'il n'y a rien d'intéressant chez elles, on ne voit rien d'autre sur les photos.

Je me suis rendue compte récemment que je n'avais plus besoin de ça. Que je n'avais plus besoin de me rassurer sur ce que je suis extérieurement. Je porte les vêtements que j'aime, de la manière que j'aime. Je jauge le résultat par rapport à mon regard et surtout... à celui de mon chéri. Je me plais, je lui plais... les regards des inconnues (s) sont plutôt bienveillants. Ça me suffit. Je n'ai plus besoin de TDJ, je n'ai plus besoin de me montrer. Pas besoin de commentaires du style: "waouh, elle est trop belle sur toi cette robe/jupe/ paire de bottes." Pas besoin de l'approbation des autres.

Mon corps ? Il change beaucoup en ce moment, changera encore beaucoup après. Je ne suis pas en guerre contre lui. Mon meilleur ennemi devient peu à peu mon meilleur ami.

J'ai passé un cap. J'en suis fière. Pas un cap en kilos ou en tailles de vêtements perdus, ça c'est futile et sans intérêt finalement. Non dans mon cas, c'est un cap plus important dans l'acceptation de soi.
D'où mon titre ! Je me suis simplement réconciliée avec moi-même.

Je sais ce que je suis, ce que je veux et où je vais. Et c'est tout ce qui compte !

You May Also Like

2 commentaires

  1. c'est drôle, Bérangère, je me retrouve dans tes propos sur cette histoire de passage de cap dont on peut etre fière. J'ai eu exactement cette même sensation même si pour moi, ce n'est venu qu'après la naissance d'alex. j'ai pas perdu de kilos ou de taille mais j'ai gagné de l'estime pour moi même que ce soit physiquement et moralement ( mais pour d'autres raisons) et put...ce que ça fait du bien ! Je me suis fait un super cadeau à moi même le jour où j'ai décidé de m'aimer enfin pour ce que j'etais et j'ai l'impression d'en avoir fait un par la même occasion à ceux qui m'aiment, avec mon fils et mon mari en 1ere ligne. Et tu as raison,c'est tout ce qui compte ;)!

    RépondreSupprimer
  2. C'est un peu comme se libérer.

    Alors oui, j'aime prendre soin de moi et j'aime les fringues mais, je n'ai plus besoin du regard des autres pour exister ou me sentir bien. Plus besoin de m'exhiber en attendant une reconnaissance. Je l'ai trouvé en moi. Autant moralement que physiquement. Je n'ai plus rien à prouver à personne si ce n'est à moi-même. ^^

    Oui quelque part, je me sens enfin libre.

    RépondreSupprimer