mardi 26 octobre 2010

Voyage dans le temps


Cette semaine, pour son Mardi c'est permisPodane nous demande à quelle époque nous aurions aimé vivre... Sans hésitation, je réponds les années 20, les fameuses années folles ! 


Danser le Charleston, écouter du jazz ou Joséphine Baker chanter qu'elle a deux amours...
Source


  Mademoiselle Gabrielle dit Coco Chanel règne sur sa maison de couture place Vendome...  

Source




Mermoz et Saint Exupéry aux commandes de leurs Latécoères sont les facteurs du ciel... 

Source

 
De l'autre coté de l'Atlantique, Ford continue a produire ces modèles T à la chaîne...

Source
 
Et Capone est le maître de Chicago, c'est la prohibition, on va dans les tripots clandestins boire du whisky de contrebande, avec la peur au ventre que le FBI fasse une descente... 

Être une contemporaine de Jouvet, Guitry, Pagnol, Hemingway, Fitzgerald... Que de beau monde !

Les années 20, à la fois foisonnement et bouillonnement, une époque riche et passionnante à  laquelle j'aurai aimé vivre indubitablement. 


Pour le plaisir, pour rester dans le ton et parce que c'est un de mes films cultes, voici une petite bande annonce : 



Les Incorruptibles de Brian de Palma - 1987

9 commentaires:

  1. Choisir son époque, et surtout choisir la classe sociale, n'est-ce pas?????
    Très bon choix!!!!!
    Tiens ma grand-mère est née en 1921....

    RépondreSupprimer
  2. Tout pareil chez moi !!!
    Les grands esprits ce rencontrent !!!

    RépondreSupprimer
  3. Ah, j'aime assez aussi. De beaux choix.

    RépondreSupprimer
  4. Bien sûr Chrys, sa classe sociale mais aussi son sexe, hélas... c'est valable pour toutes époques malheureusement ! Espérons qu'il en soit autrement pour le futur...

    RépondreSupprimer
  5. C'est marrant pour moi cette époque là c'est aussi celle de Charlot dans "les temps moderne".
    Y a t'il une "belle époque" ???

    RépondreSupprimer
  6. Il 'y a certainement jamais eu de "belle époque".... et il n'y en aura certainement jamais ! ^^

    RépondreSupprimer
  7. Moi je suis plus agée que vous et il y
    n'y avait rien à envié dans ma jeunesse, mais c'était le début de tout et nous pensions que çela irait
    de mieux en mieux, le progrés ne devais jamais s'arrèter, hélas on a perdu des choses en route.

    RépondreSupprimer
  8. nous aurions pu nous rencontrer dans cette époque commune!!

    RépondreSupprimer