lundi 15 septembre 2014

Ne t'en fais pas, je vais bien...



Ces 3 dernières années ayant été particulièrement mouvementées, nous avions  une envie énorme de faire une pause. 

Pas de longues routes, pas de touriste énervé qui attend impatiemment d’étaler sa serviette sur la plage en surveillant le petit Edouard- Bernard qui a décidé de construire son château de sable là, où vous aviez posé votre glacière et qui  chouine en disant « Papaaaaaa,  la dame elle est méchante, elle veut pas que je l’enterre, va la noyer s’il te plaît »





Nous sommes donc retournés cette année  encore vers nos chères montagnes cévenoles.  C’était aussi la première vraie sortie de notre roulotte restaurée ! Et après réflexion, il nous reste encore quelques améliorations à faire pour qu’elle soit au top de ce que nous désirons. Les travaux continueront donc au printemps.




Des vacances calmes, au cœur de la nature, avec de jolies balades, comme nous les aimons. Nous connaissons bien la région, aussi nous n’avons plus besoin d’aller visiter les attractions à touristes, certes fort intéressantes et belles à voir  mais que nous avons déjà fait plusieurs fois.  


Mes 3 hommes au Mas Soubeyran


Nous sommes donc sortis des sentiers battus à  la découverte des vraies Cévennes. Celles qui se cachent derrière les panneaux « routes dangereuses et étroites » qu’on croise souvent par ici.
Au cœur de vallées profondes aux pentes escarpées couvertes de châtaigniers, au détour de petits villages perdus où les habitants amusés nous regardaient passer avec un « ils se sont perdus ceux là » dans les yeux, nous avons joué les touristes et nous en avons pris plein les mirettes.







Et sinon,  notre chère rivière a encore accueilli nos baignades quotidiennes ! 

Au programme, croisières sur une grosse bouée rose, tentatives infructueuses de capture à l’épuisette de poissons pas coopératifs (les poissons cévenoles ont du caractère), les têtards l’étaient beaucoup plus, eux !  Mais aussi construction de châteaux de galets (tant qu'à faire, faisons du solide !), de barrages, de couloirs de rapides pour descentes folles en bouée (rose toujours). Et bien sûr, la visite des amis, de la tribu, les apéros, les barbecues et le farniente ! 


Pour faire un beau château, il faut de gros cailloux !

Gabriel n'a pas peur des mini rapides !

J'ai piqué le chapeau de Papa !

De charmantes découvertes aussi, un artiste de passage avait laissé au bord de notre chère rivière une œuvre éphémère… ou peut être était-ce simplement les habitants des bois qui la bordent venus prendre un bain de soleil, qui sait ?


Photo récupérée sur la page Facebook du camping Cevennes-Provence

Photo récupérée sur la page Facebook du camping Cevennes-Provence

Nous voilà, rechargés pour une nouvelle année. L’année prochaine, point de Cévennes, mais nous quitterons une rivière pour une autre, nous parlons déjà de Dordogne. 

Puis ce fût la rentrée… satanée rentrée avec ces fichus nouveaux horaires scolaires qui nous empoisonnent la vie à nous, parents et le temps du début de la révision des 40 premières années, en ce qui me concerne. Au  programme : resserrage d’anneau, opération des jambes, visites chez divers spécialistes. Là aussi le chantier commence mais il était temps. Oui, je vais creuser le trou de la sécu… de toute façon, elle ne se remettra jamais…

La vie est belle au pied de notre Vercors, les enfants grandissent, d’ailleurs Gabriel a fait ses premiers pas sur un tatami de judo et va bientôt avoir 5 ans.

Gabriel n'a peur de personne en Massey Fergusson !


Attention un Marin facétieux !

Au passage, en parlant d’anniversaire ma cabane a fêté ses 6 ans le 18 août… merci à tous les oiseaux de passage qui viennent parfois s'y poser. 







2 commentaires:

  1. Vraiment très bien écrit.
    Bisous de Beniguillou

    RépondreSupprimer
  2. Mais que c'est beau et que ça a l'air reposant! J'adore! De bien belles vacances

    RépondreSupprimer